Célestin Freinet : la vie du fondateur de la méthode freinet

Célestin Freinet est le fondateur de la méthode du même nom et un personnage intéressant du début du XXe siècle et dont toute la vie a tourné autour de la pédagogie.

On peut distinguer plusieurs phases :

  • l’élève
  • le combattant
  • l’enseignant
  • la seconde guerre mondiale

Nous avons beaucoup de chance, parce qu’Emmanuel Saint-Fuscien, un historien s’intéressant aux enseignants ayant participé aux guerres mondiales, a fait la biographie de C.Freinet. Nous nous réferrons essentiellement à son travail.

L’élève

Enfant

Célestin Freinet nait à Gars, un tout petit village des Alpes-Maritimes (204 habitants), en 1896 d’un père agriculteur et d’une mère épicière. Le foyer est suffisamment « confortable » pour héberger, en plus des 4 enfants du couple, 2 enfants de l’Assistance publique.

Ecolier

Bon élève, il réussit son certificat d’études en 1909, va en école primaire supérieure. En 1912, il obtient son brevet élémentaire, lui permettant d’enseigner (mais avec un statut précaire) et intègre l’école normale de Nice (la « voie royale » pour l’enseignement).

L’école normale

La formation qu’il y reçoit est très stricte : ils sont en dortoirs, se réveillent à 5 heure, se lavent et étudient dès 5h30. Ce n’est qu’à 7h30 qu’ils ont leur petit déjeuner. Ils doivent ensuite faire les lits, cirer leurs chaussures, amidonner leur chemise … Ils ont tous la même tenue : chaussures noires, chemise blanche, cravate noire, blouse noire.

« C’était la tenue du normalien à toute heure, même pour balayer et faire la gymnastique ! »

Journal d’un camarade de promotion de Freinet (Saint-Fuscien 2017, emp 214)

Et à la moindre incartade, la punition était sévère.

« L’alignement assuré, apparaissait l’Econome, avare de parole et de gestes, mais généraux de sanctions. Il avait vérifié d’un coup d’oeil la poussière sur les blouses, la sciure sur les souliers … Il notait le résultat de ses visites : lit mal équarri, table de nuit en désordre, livres non couverts … Verdict : « privé de sortie jeudi », « deux heures de privation ledimanche ». La méthode était glaciale mais efficace : au fil des jours, les infractions se faisaient rares. »

Journal d’un camarade de promotion de Freinet (Saint-Fuscien 2017, emp 214)

Ces pratiques, qui peuvent nous sembler terribles, étaient en fait assez ordinaires à l’époque (ce qui changera à après la guerre).

De manière générale, l’éducation de l’époque est très imprégnée de militaire, que ce soit dans sa discipline, comme nous venons de le voir, mais aussi de ses thèmes et de ses exercices: le tir au fusil.

« On s’imprégnait de poésies, de récits, de chants qui exaltaient l’amour de la patrie. On s’appesantissait sur l’histoire des batailles. »

Ancien élève-maître d’une école normale. (Saint-Fuscien 2017, emp 271)

La mobilisation : une transition

Beaucoup d’enseignant ayant été mobilisés, Freinet, qui n’a pas encore 18 ans, se retrouve devant une classe à Saint-Cézaire en octobre 1914. C’est toutefois un passage rapide : il va à Saint-Cyr (l’école militaire) le 10 avril 1915 pour devenir officier.

C’est en février 1916 qu’il rejoint le front et commence son journal.

Le combattant

« Vendredi 25 février 1916. Parti de Lyon, 7 aspirants […]. Pas de train pour Belfort à cause du bombardement. Neige abondante. Comme on s’habitue à tout. Jamais je n’aurais cru partir au front avec cette belle humeur et ce je-m’en-foutisme. »

Carnet de guerre de Célestin Freinet (Saint-Fuscien 2017)

Celestin rejoint le 140e régiment d’infanterie à Belfort le 26 février 1916. C’est le début de sa campagne militaire.

Belfort, une zone calme

Elle ne commence toutefois pas vraiment sur les chapeaux de roues. C’est même tout le contraire : il attend et s’ennuie jusqu’à l’automne 1916. Il est dans une zone « calme », « sans engagement massif, mais où peuvent frapper à chaque mission de reconnaissance des balles plus ou moins perdues ou des obus hasardeux.

Son journal est toutefois marqué par l’attente et, surtout, sa souffrance du délitement de sa correspondance avec « Marie-Jeanne », rencontrée lors de son expérience à Saint-Cézaire. (Saint-Fuscien 2017 emp.348)

« Des balles perdues claquaient à droite et à gauche. Le village pouvait être détruit en un rien de temps, mais on ne tire que sur les routes. Et moi qui n’ai toujours aucune lettre. »

Journal de Freinet, le 18 avril, racomptant son « baptême du feu » (Saint-Fuscien 2017 emp.348)

Il culpabilise un peu de cette position loin des premières lignes, il a le sentiment d’être un « embusqué ».

Les tranchées

Il avait jusque là été épargné par Verdun, où son régiment avait déjà perdu un tiers de ses effectifs. Toutefois, le 3 septembre 1916, il rejoignait les premières lignes, notamment en Champagne et dans l’Aisnes.

Néanmoins, le secteur est en fait « très calme » (comparé au reste je suppose).

C’est pourtant l’ennui et l’absence de lettres qui le dérange le plus :

« Chaque jour pendant qu’on mange les obus font tomber la saleté dans la soupe. Et dire que c’est encore un bonheur ce présent. Ah, Dieu quelle vie et aucune lettre. »

Le journal de Freinet 9 septembre (Saint-Fuscien 2017 emp.428)

Son attitude très placide survit même à la « guerre des mines » : affrontements consistant à creuser des galleries pour aller poser des explosifs sous les positions ennemies. Ils étaient particulièrement angoissants à vivre : « Les soldats savaient, depuis leurs tranchées, que les galeries se creusaient. Ils ne pouvaient bouger ni fuir […]. » Ce fut « pour beaucoup l’un des souvenirs les plus marquants de la guerre. » (emp.751) [Anecdote : le personnage principal de la série « Peaky Blinders » était un de ces sapeurs, ce qui l’a traumatisé]

Son régiment est déplacé dans le Somme le 13 janvier 1917, puis au Chemin des Dames le 10 mai 1917 et prend part à de nombreux affrontements. Le 23 octobre, il participe à la bataille de Malmaison. Dès les premières minutes de l’engagement, il est gravement blessé (par un obus si j’ai bien compris) et évacué.

La blessure et la fin de la guerre

Au final, un point qui marque dans le portrait dressé par Saint-Fuscien est l’indifférence de Freinet pour la violence ou, plutôt, son absence de peur.

« Il faut ajouter que si Freinet exprime sa rage quand il évoque le désaveur de ses chefs, s’ils montre sa tristesse ou son accablement face à la solitude et une relation amoureuse qui se délite, il n’utilise pas les registres pourtant classiques de la littérature de guerre, ceux de l’effroi ou de la plainte quand il évoque les armes et leurs effets, y compris les plus terrifiants. »

Saint-Fuscien 2017 emp.808

L’ennui redouble après sa blessure :

« A l’abri désormais des vombats, des blessures et de la mort, il vit cette nouvelle expérience très sombrement. L’ennui traverse maintenant presque chaque ligne de son carnet. »

Saint-Fuscien 2017 emp.442

Il tente de se faire réformer, en vain, jusqu’au 6 novembre, où il est « réformé temporaire » pour « une blessure à la poitrine, un handicap au bras et une vaste cicatrice sur le dos. » 5 jours plus tard, c’était l’Armistice …

Saint-Fuscien résume:

« Au cours de cette guerre, il s’agit pour l’aspirant Freinet, comme pour beaucoup d’autres soldats, de tromper l’attente et de briser la solitude. »

Saint-Fuscien 2017, emp 469

Pour tromper cette solitude, il a notamment commencé du tabac, de l’alcool et à fréquenter des prostituées, mais je ne détaille pas. (C’est présenté comme très ordinaire pour l’époque)

L’enseignant

Une rentrée difficile

« Malgré ma respiration comprimise, j’aurais pu, peut-être, avec une autre pédagogie, accomplir normalement un métier que j’aimais. Mais faire des leçons à des enfants qui n’écouvent pas et ne comprennent pas (leurs yeux vagues le disent avec une suffisante éloquence), s’interrompre à tout instant pour rappeler à l’ordre les rêveurs et les indisciplinés par les apostrophes traditionnelles, c’était là peine perdue dans l’atmosphère confinée d’une classe qui avait raison de mes possibilité physiologiques. »

Saint-Fuscien 2017 emp.939

Le retour aux classes a été, de manière générale, très éprouvant pour les enseignants. Cela a également été le cas pour Célestin Freinet, qui rate sa rentrée 1919 et enchaine les arrêts maladie. Sa capacité respiratoire diminuée est un vrai handicap. Il enseigne toutefois, à Bar-sur-Loup, mais ses inspections (en 1920 et 22) sont très négatives, notamment parce que la discipline ne serait pas maintenue. Son inspecteur l’encourage à changer de voie.

« Arrêt maladie, demande de mutation, refus de poste, concours administratif : à sa façon, la rentrée de cet ancien combattant mutilé à 70% reflète assez bien les difficultées ressenties par toute une génération de jeunes maîtres éprouvés. Freinet « n’y est pas ». Sa guerre s’impose encore à lui […]. »

Saint-Fuscien 2017 emp.1063

Il écrit beaucoup. Il va notamment écrire des articles doctrinaux, des chroniques littéraires, des articles syndicaux et des analyses des travaux de pédagogues/psychologues, dont notamment Adolphe Ferrière, Maria Montessori, Oviide Decroly et Charles Baudouin.

Voyages

Au début des années 20, la pédagogie est en ébulition : de nouvelles façons d’enseigner fleurissent un peu partout. Rudolf Steiner à partir de 1919; l’école Summerhill d’Alexander Sutherland Neill en 1921, Maria Montessori à partie de 1921 …

De manière générale, le choc psychologique qu’a été la guerre a rendu les esprits beaucoup plus réceptifs à ses innovations et leur promesse d’une ère moins violence, même dans l’administration.

En 1922, Freinet voyage en Allemagne avec un ami – collègue allemand, Henrich Siems et visite des écoles libertaires à Hambourg. Il visitera aussi l’URSS en 1925.

La presse d’imprimerie

En octobre 1924, Celestin Freinet a installé une presse d’imprimerie au centre de sa classe. L’initiative est « appréciée par les autorités académiques ».

« M.Freinet a tenté une innovation dans sa classe. Il exerce ses élèves à composier et à imprimer les résumés des leçons diverses qu’ils entendent. Les résumés des leçons reliés en un carnet constituent le livre de l’élève, son propre ouvrage. L’idée est séduisante au premier abard de donner satisfaction au besoin de créer qui sommelle en chaque enfant. »

Rapport d’inspection de novembre 1924. Saint-Fuscien 2017 emp.1140

« La classe est certainement plus vivante que par le passé et les enfants travaillent avec plaisir. Je me plais à reconnaître que Monsieur Freinet a donné un effort sérieur […] tant pour sa classe elle-même que pour les oeuvres périscolaires. »

Rapport d’inspection de 1929 (alors à Saint-Paul-de-Vence). Saint-Fuscien 2017 emp.1140

C’est aussi une innovation … pour le maître ! Il s’agissait en effet aussi de « rendre la classe active et intéressante pour le maître lui-même, c’est là le grand problème de l’éducation ».

C’est autour de cette machine que « Freinet développe la pédagogie coopérative ».

En 1925, il rencontre Elise, institutrice, communiste (comme Freinet du reste) et artiste, qu’il épouse en 1926.

Premiers développements

D’autres écoles le copient et, en août 1927, il réunit un congrès de l’imprimerie à l’école. « Il y annonce la constitution d’une coopérative destinée à promouvoir ses méthodes, y présente le journal scolaire qu’il édite depuis le mois d’avril – La Gerbe -, qui réunit les meilleurs travaux d’élèves, et aussi son bulletin pédagogique mensuel, l’imprimerie à l’école, qu’il publie dpeuis le mois d’octobre 1926. » Cette coopérative nait l’année suivante et réunira 41 enseignants. (Saint-Fuscien 2017 emp.1160)

Tout s’emballe un peu. Surfant sur la mouvance de l’éducation nouvelle, Freinet trouve une audience réceptive.

Il va pouvoir présenter un texte important lors des journées internationales de pédagogies, organisées à Leipzig en 1928 par l’internationale des travailleurs de l’éducation (dont il représente la séction française). De manière générale, il « correspond maintenant avec les plus grands pédagogues de son temps : Adolphe Ferrière, Roger Cousinet, Ovide Decroly […]. » (emp.1632)

Il obtient aussi d’être muté à Saint-Paul-de-Vence. Petit problème : la mairie n’aime pas beaucoup les communistes. Le maire est affilié à l’Union pour la République Démocratique, parti au nom trompeur puisque anti-immigration et aux valeurs proches des monarchistes de l’Action française.

D’abord bien accueilli, le couple Freinet va se brouiller avec l’administration éducative locale, notamment à cause d’une question d’affectation (les époux voulant être dans la même école) et de l’insalubrité de l’école de Célestin. Le tout, sur fond de durcissement de l’anticommunisme.

Je passe les détails, cela finit avec une manifestation devant l’école, une vitre brisée et Freinet qui va dans la cour de l’école avec un pistolet. Plus de peur que de mal, les gendarmes arrivent, calment tout le monde et le cours de la vie reprend.

Le lendemain, Célestin Freinet est remplacé par un nouvel instituteur.

Toutefois, cet épisode est le début « d’un projet qui symbolise encore le pédagogue et ses techniques : l’école expérimentale de Vence, de statut privé, dite « école Freinet ». » (emp.2016)

Il obtient toutefois d’être placé en arrêts maladies, qui seront renouvelés jusqu’en août 1935 en faisant valoir « la blessure de guerre et ses séquelles pulmonaires comme étant l’origine d’une dépression ou d’une fatigue qui l’empêche de travailler. » Il obtient ensuite d’être mis à la retraite le 30 septembre de la même année « grâce » à sa blessure.

Il achète un terrain sur les collines de Vence (à côté de Saint-Paul donc) fin 1934 et demande le droit d’ouvrir une école-pensionnat mixte. Il tente de l’ouvrir, sans autorisation, le 1er octobre 1935, mais le tribunal administratif la ferme immédiatement. Elle pourra officiellement ouvrir à l’été 1936, après l’arrivée de la gauche au pouvoir.

Des débuts tumultueux : la guerre d’Espagne

C’est en même temps que la guerre d’Espagne se déclare. Communistes, les Freinets soutiennent énergétiquement les républicains espagnols.

« Freinet, en effet, multiplie les conférences, les appels, les dons, les collectes de fonds et engage entièrement sa pédagogie. Il décide également – et surtout – d’ouvrir son école aux enfants espagnols en exil. »

Saint-Fuscien 2017 emp.2164

L’école de Vence a donc été confronté, dès sa création, à un challenge de taille : l’accueil de nombreux enfants d’une culture différente ayant perdu tous leurs repères de manière brutale. (emp.2020) Ces enfants étaient particulièrement turbulents et les prendre en charge a été très difficile. Les enfants témoignaient également des violences terribles (bombardements, tortures, etc.) A cela s’est rajouté des problèmes sanitaires : la gale et les poux.

« Les petits Espagnols disent (ou sont amenés à dire ?) une guerre que Freinet n’édulcore pas. […] Pedro M. raconte par exemple comment son père, maire républicain du village, fut torturé puis fusillé par les fascistes. La petite Magdalena raconte la reconnaissance du corps de sa mère à la morgue : « A côté d’elle, il y avait une fillette morte. Elle devait avoir dix ans, il ne lui restait que la moitié du visage et une seule jambe… » »

Saint-Fuscien 2017 emp.2284

L’école est donc marquée par la guerre jusque dans les travaux écoliers. En réaction à l’horreur, il y a aussi un certain bellicisme.

« Dès lors, la guerre contre les fascistes et pour la République ou la Révolution s’inscrit comme une guerre juste. Les Freinet n’hésitent donc pas à laisser s’exprimer la volonté infantile de combattre, et la frustration de ne pouvoir le faire. »

Saint-Fuscien 2017 emp.2284

Cela s’exprime notamment avec des pièces de théatres jouées par les enfants. Elise Freinet y voyait « l’origine de la Méthode naturelle de théatre défendue et théorisée plus tard par Célestin. »

La pédagogie est tellement marquée par les événements que Saint-Fuscien parle d’une « pédagogie de guerre ».

La défaite des républicains Espagnols début 1939 est un coup dur pour Freinet : les soutiens financiers s’étaient déjà étiolés et les menaces d’une nouvelle guerre rendent la situation intenable. Les Freinets sont forcés de « renvoyer dès la fin de l’été 1939 la plupart des enfants espagnols. » (emp.2368)

La seconde guerre

Le 3 septembre 1939, la Seconde Guerre Mondiale commence.

Arrestation et fermeture

Contrairement aux précédentes déclarations de guerre, 1914 et 1936, Célestin Freinet « ne semble pas vouloir y répondre. »

« Cette fois-ci, il apparaît en retrait de tout investissement guerrier, et résolument pacifiste. […] Alors qu’il célébrait la lutte armée contre le fascisme dans son éditorial d’octobre 1936, il annonce à la rentrée 1939 l' »horrible cauchemar » et déplore que l’on se trouve « au bord de l’habime de la guerre ». »

Saint-Fuscien 2017 emp.2393

Ce refus d’engagement serait lié, selon Saint-Fuscien, au pacte germano-soviétique du 23 août 1939 : « Le pédagogue semble bien suivre ici la ligne du Parti (communiste) devenu clandestin qui, à l’automne 1939, dénonçant une « guerre impérialiste », renvoyait dos à dos l’ensemble des belligérants. » (Saint-Fuscien 2017, emp.2409)

Freinet est sous surveillance et tente de faire profil bas, par exemple en renommant son journal « L’Educateur prolétarien » « L’Educateur ». Cela n’empêche pas que la maréchaussée se rende régulièrement à l’école Freinet.

Célestin est finalement arrêté le 20 mars 1940 et l’école est fermée.

Un internement particulier

Si l’internement de Célestin commence de manière très ordinaire il se poursuit de manière assez surprenante.

La famille Freinet (Madeleine, Elise et Célestin) plaident la libération de Célestin, sans succès. Je ne détaille pas ses différents transferts. Sa détention continuera après la défaite française, sous Vichy (10 juillet 1940).

Assez rapidement, il écrit dans ses lettres à Elise avoir une posture d’autorité vis-à-vis de ses codétenus et une grande liberté. Dès le 30 mars, il lui raconte avoir un rôle important dans l’organisation de la vie des codétenus, « un peu sur le modèle » de leur école.

« C’est d’autant nous qui gardons les soldats que eux qui nous gardent. Et à la promenade, c’est nous les anciens, et mois plus spécialement, le responsable, qui aidons la direction. »

Lettre du 30 juin 1940, Saint-Fuscien 2017 emp.2582

« Nous avons fait aujourd’hui une longue balade en plus que semi-liberté. Les soldats ont été démobilisés et hier nous n’avions presque plus de gardes. […] Ce matin j’étais le seul responsable d’une sortie, en pleine liberté dans les bois. »

Lettre du 18 juillet 1940, Saint-Fuscien 2017 emp.2582

Il organise également des cours d’instruction auprès des prisonniers, ainsi que des loisirs, dont … des pièces de théatre.

La collaboration avec Vichy

Si son activité en détention n’étonne qu’un peu (disons que l’image de révolutionnaire en prend un coup), sa volonté de collaborer avec Vichy est carrément surprenante.

On aurait pu penser que Freinet, partisan communiste d’une pédagogie avec une autorité « horizontale » (le maître au milieu des élèves) serait opposé à Vichy. Pourtant, il a « proposé à de multiples reprises une pleine et entière coopération à la « régénération de la jeunesse » à laquelle étaient censées participer les réformes scolaires de Vichy. » (emp.2618)

En fait, il y avait une certaine proximité entre l’éducation nouvelle (de gauche) et « une éducation nouvelle de droite, plus ou moins élitiste, chrétienne, parfois corporatiste » à laquelle est très favorable Pétain.

« Comme la presque totalité de ses collègues – Montessori, Steiner, Cousinet, Claparède ou Ferrière -, Freinet condamne plus ou moins le cinéma, les clubs, où l’on danse dans le fumée et le bruit, l’alcool. Autant de pratiques qu’il désigne comme de mauvais dérivatifs, des « jeux-haschich ». Lui aussi prône une pédagogie saine, hors les murs, en prise avec le milieu et axé sur le travail technique et manuel.

Or, ces axes structurent également la pédagogie nouvelle, élitiste, défendue notamment par l’école des Roches, première école nouvelle de France fondée en 1898 par Edmond Demolins et grande inspiratrice des premières réformes de Vichy. […]

Si les deux branches de l’éducation nouvelle ont des finalités politiques opposées, elles sont fondées sur des pratiques communes. On y retrouve une même suspicion envers le manuel scolaire, condamné pour des raisons différentes mais banni de toute pédagogie active, un même obsession vitaliste ou hygiéniste privilégiant un environnement scolaire « sain », pour un corps d’élève sain lui aussi et viril, le plus souvent.

Enfin, une même volonté pousse les uns et les autres à travailler autour de l’autonomisation de l’élève, « libre initiative » à gauche, self-government à droite, inspiré des écoles nouvelles britanniques de la fin du XIXe siècle et diffusé pour la première fois en France par l’école des Roches. »

Saint-Fuscien 2017 emp.2648-2667

Ce lobbying serait allé jusqu’à la rédaction d’une brochure mettant d’un côté des propos de Pétain et de l’autre ceux de Freinet pour montrer la convergence entre les deux …

Cette proximité va plus loin que le plan pédagogique:

« Ils [les époux Freinet] lisent et apprécient l’un et l’autre Marcel Déat, approuvent son projet fasciste de parti unique qui procure à Célestin « une sorte de satisfaction profonde », lisent aussi Jacques Doriot, le fondateur du Parti populaire français, « avec une grande attention », entrevoyant de plus en plus nettement la collaboration comme une possibilité. »

Saint-Fuscien 2017 emp.2754

L’absence d’ambiguité est absolue dans une lettre du début de 1940 où Célestin écrit :

« Il restera à préciser, et à nous préciser à nous-mêmes, si le national-socialisme est une meilleure formule ou non sur le plan social, et dans quelle mesure l’action du Parti (communiste) peut être nocive dans certaines périodes et avec certains hommes. Il est vrai qu’il faudrait aussi, au national-socialisme français, des hommes intègres et hardis, et sûrs, et un parti qui soit un parti de création et de combat ; et non une nouvelle association politique pour se saisir des avantages du pouvoir. Tout cela mérite réflexion et j’y pense souvent. Nous sommes à un carrefour d’une extrême importance. »

Saint-Fuscien 2017 emp.2754

Notez qu’on peut se demander s’il ne s’agissait pas de « donner le change », de « tromper l’ennemi ». Cela me semble très douteux, mais l’historien ne semble pas envisager cette possibilité : est-ce un angle mort ou a-t-il jugé que c’était absurde ?

Freinet est finalement libéré le 28 octobre 1941.

L’entrée en résistance

Il y a peu ou pas d’élément jusqu’en juin 1944 sur la vie de Freinet. Il était encore surveillé, mais « la période de décembre 1941 à juin 1944 apparaît comme retranchée de la vie du pédagogue et échappe en grande partie à l’historien. » (emp.2799)

On le voit pourtant réapparaître en juin 1944 comme … résistant !

« Au 6 juin [1944], j’ai pris ma place dans le maquis FTP Briançonnais que j’ai aidé, puis dirigé. »

Célestin Freinet en 1945, Saint-Fuscien 2017 emp.2800

Freinet écrit beaucoup de textes à cette époque, décrivant de manière épique le combat résistant. Son vécu ressort comme étant radicalement précédent à sa première expérience :

« Freinet semble avoir trouvé sa guerre : une guerre qui pour lui fut courte, une guerre « en famille » – il restera très largement à Vallouise auprès de sa belle-mère, de son beau-frère résistant, et de sa femme-, une guerre sans combat à l’échelle de [=comparé à] sa propre expérience, sans massacre (il n’en a vu aucun), une guerre d’altitude et de mouvement, « la plus pure et la plus généreuse des épopées », comme il la désigne lui-même. »

Saint-Fuscien 2017 emp.2914

L’épuration

Peu après le débarquement des alliés en Provence, Freinet est nommé membre du « comité départemental de libération (CDL) des Hautes-Alpes pour le parti communiste » (emp.2951). Ces organismes étaient composés d’une douzaine de membres et chargés de diverses tâches importantes, dont l’autorité pouvait même s’imposer au préfet.

Freinet, très actif « est de toutes les réunions », dont les procès-verbaux le désignent comme le « responsable du comité de coordination économique ». Il s’occupe également des questions liées à l’enfance et « seul responsable des questions d’éducation ». « Aussi, et surtout, il mène une action de premier plan au sein de la commission d’épuration. »(emp.2968)

C’est lui qui préside la commission d’épuration de l’éducation et assumait « la révision des nominations et promotions de tous les mâitres et maîtresses du département entre1940 et 1944. » (emp.3002) Il a poursuivi, si j’ai bien compris, « un inspecteur d’académie, deux inspecteurs primaires, un proviseur, quatre principaux ou censeurs de collèges, cinq professeurs du secondaire et quatorze maîtres ou maîtresses », ainsi qu’une élève-maîtresse. (emp.2987)

Un ancien résistant

Sans trop que cela soit clair (il est désigné comme « un maquisard tardif chargé du ravitaillement » et « adjoint au chef de camp »), Freinet « se désigne – et se voit désigné – de façon approximative comme « dirigeant » ou « responsable ». » (emp.3031) Il « accomplit à peu près toutes les démarches possibles en termes de reconnaisance combattante » et en obtient beaucoup. (emp.3066)

Il sort de la guerre renforcé, enfin renconnu tant pour ses capacités guerrières que pour ses compétences administratives et, surtout, pédagogiques.

Selon Elise, à cette « période héroïque succède celle du mandarinat sans grandeur, qui a définitivement rompu avec l’idéologie des grands commencements et ses austères responsabilités. » (emp.3177, citant Elise Fournier)

L’expansion

[en construction]

Premiers désaccords avec le Parti Communiste en 1948, puis rupture définitive en 1953.

Création de la Fédération nternationale des mouvements de l’école moderne (FIMEM) en 1957, qui se répand dans toute l’Europe, l’Afrique francophone et le Québec.

Organisation des Rencontres Internationales des éducateurs Freinet tous les deux ans

Décède en mars 1966.

Considération générales

Plusieurs thèmes reviennent souvent et semblent intéressant pour appréhender la méthode Freinet.

Le rapport à l’autorité

Célestin Freinet avait, au début, du mal à se faire respecter. C’était le cas à l’armée, où son apprentissage du difficile art du management ne s’est pas fait sans déconvenue.

De même, les rapports d’inspection entre 1920 et 1924 et les témoignages de sa femme Elise montrent un maître avec peu d’autorité sur ses élèves. (Saint-Fuscien 2017 emp.1400)

Il a dû réinventer son autorité: il s’agissait de placer le maître « au centre et non plus en face des élèves » (Saint-Fuscien 2017 emp.1417). Il devrait être « écoté et respecté comme un bon frère aîné ». (emp.1434)

Contrairement à ce qu’affirment certains commentateur, il ne s’agit pas d’une pédagogie sans autorité. Il s’agit, en fait, même de renforcer cette dernière. (emp.1434)

Notez qu’on voit se dessiner la figure du « leader », encensée en management », opposée à celle du « boss ». C’est notamment clair dans ce passage :

« Sachez donc, d’une façon certaine et définitive que seul votre exemple vivant compte, et que seul il marquera la vie et la destinée de vos enfants. […] Astreignez-vous aux gestes, aux attitudes, aux comportements que vous seriez heureux de retrouver chez eux. »

Célestin Freinet, cité par Saint-Fuscien 2017 emp.1502

L’engagement politique

J’ai un peu mis de côté les dimensions politiques, qui me semblaient peu intéressantes, mais les époux Freinets étaient très politisés. Je le détaillerai peut-être plus tard.

Laisser un commentaire